Migrant.e.s en transit - LETTRE OUVERTE - mai 2019

8 mai 2019

A la veille d’un triple scrutin électoral, un ensemble de collectifs de citoyens et d’associations (dont le C.A.I.) décide d’interpeller le pouvoir politique à tous les niveaux face à la situation déplorable des migrants de passage en province de Namur et au-delà. Ils souhaitent faire entendre leur voix et faire remonter la réalité que vivent ces personnes et les difficultés que rencontrent les collectifs citoyens qui tentent de leur venir en aide en espérant que les autorités publiques prennent enfin leurs responsabilités et que soit mise à l’agenda des débats politiques cette situation de crise humanitaire dramatique et insoutenable.
Si cette réalité est connue depuis des mois et largement médiatisée à Bruxelles autour du Parc Maximilien, aujourd’hui, certaines aires d’autoroute de Wallonie deviennent à leur tour des lieux de transit. En province de Namur, à Spy, Wanlin, Gembloux ou encore à Hulplanche, des camps de fortune naissent, des collectifs citoyens se constituent et de nombreuses formes de solidarité apparaissent (soutien moral, distribution alimentaire, hébergement, information sur la procédure d’asile ou soutien vers une procédure d’asile, etc.).
Mais aujourd’hui ces solidarités s’épuisent, les collectifs et associations qui gravitent autour de ces zones de transit manquent de ressources de tout genre (ressources matérielles, alimentaires, vêtements, lieux d’accueil et d’hébergement, aide et soutien psychologique, juridique,…), des interventions policières ont lieu, la situation sanitaire se dégrade jusqu’à menacer la santé publique. Aujourd’hui, le souhait le plus cher des collectifs citoyens est de pouvoir ne plus exister, de ne plus avoir à assumer les responsabilités qui sont celles de l’Etat et des différents pouvoirs publics. Ils attendent une réponse structurelle qui puisse apporter une reconnaissance à ces invisibles.

Lire la lettre ouverte